À DEMAIN / jour 3 - Animal 14/11



Je te l’avais un peu annoncé : ces prochains jours me permettront - entre autres - de te faire (re)découvrir les textes des 12 chansons qui composeront le concert issu du roman « Des étoiles dans les yeux » Je choisis aujourd’hui de te présenter le texte de la première chanson. C’est une étincelle, un feu d’amorce, une poussée d’enthousiasme qui dévore les gentilles politesses. (re)Pense à ton adolescence, ce « feu de tout bois », cette ivresse journalière de douter ou de croire en l’avenir, mais en tout cas de le regarder droit dans les yeux et de le dévorer tout cru. Cette chanson est celle qu’Eliott découvre lorsque il rêve du spectacle pour la première fois. « Des notes en chute éblouissante sur l’homme et son piano. Fines, énergiques. » ( Chaque chanson est en lien avec le roman car elle en reprend les humeurs et les atmosphères. Les textes quant à eux sont parfois très proches de l’histoire et parfois en offrent une autre )

Le titre dont je te parle aujourd’hui - qui ouvre le spectacle - sera une course poursuite. Un éclair frondeur ! …à l’image d’un Bélier en plein course. Cette chanson raconte la liberté, celle qu’il faut savoir garder précieusement, celle qu’il faut parfois défendre lorsqu’elle nous est contestée… Elle parle également de ce thème qui m’est cher depuis si longtemps : « Si je ne suis pas réellement semblable à toi, est-ce une raison pour m’interdire d’être moi ? » Son titre parle de la bête pourchassée ET du besoin primal et printanier de se sentir vivre. Allez : Poussée en avant ! Printemps ! Toujours une surprise lumineuse au détour du tonnerre. Coup de bélier au bonheur !

À Demain


Animal (©Nicolas Fraissinet)

Dis moi, maman pourquoi ces gens Nous tirent encore comme des bêtes ? Dis moi, autant, pourquoi comment Est-ce possible ainsi qu’on se traite ? Donne-moi d’autres images à croire D’autres lois d’autre visages d’espoir

Je veux encore le temps de détruire les chaînes Avant qu’un de leurs pièges par le coeur ne me tienne Je veux encore le temps de courir vers les plaines Avant qu’une de leurs balles vers le normal me ramène

Ecoute devant, regarde, je l’entends Quelque part on donne encore l'alarme Offre moi d’autres images à croire D’autres lois d’autre visages

Je cours je cours après l’amour le vent Je ours je cours les yeux bandés droit devant Je cours je cours encore comme un enfant Je cours toujours allez qu’est ce t’attends

Je cours après l’amour qu’importe d'où vient le vent Je cours loin des buchers, tête baissée tout droit devant Je cours encore comme un premier rêve d'enfant Je cours je cours toujours allez qu’est c’que t’attends ?


- - - - -

Pour retrouver ce post sur Facebook, le partager et le commenter rendez-vous sur :

https://www.facebook.com/Nicolas.Fraissinet/posts/10157787982341732


    Pour reprendre depuis le début