À demain / Jour 41 - Nuit 22/12


En écho au Solstice d'hiver d’hier, la chanson capricorne s’appelle Nuit - évidemment… Mais elle ne parle pas de la nuit du ciel. Elle parle de celle de la vie. p.164 - Tu apprendras un jour, mon cher Eliott, que certains combats sont importants à mener même si nous savons que nous ne les gagnerons pas. - Tant de temps pour aucune victoire ? - Peut-être celle de simplement devenir meilleurs. « Nuit» est une chanson qui parle d’accompagner un.e proche aux portes de sa vie, veiller et bercer ses derniers jours de maladie ou d’abandon. C’est bien-sûr une chanson difficile, qui raconte avec pudeur le déchirement… Mais parle aussi d’élévation. À l’image de la petite chèvre-capricornue, les quatre pattes fermement ancrées à la roche, prête à tout endurer, mais à ne jamais abandonner l’ascension. Ainsi que le raconte Eliott à la fin de son dixième rêve : « Au beau milieu de la nuit la plus sombre, nos coeurs reconnaissants s’inclinent au passage de cet acharnement au bonheur. »

À demain


NUIT
 ©Nicolas Fraissinet




Nuit sur ton corps quand la tumeur mitraille. 
 Je te vois lentement partir. 
 C’est une lumière fragile sur ton champs de bataille. 
 Qu’ai-je de mieux à offrir ? 



Mais tant qu’on rit, tant qu’on pleure, tant qu’on sourit à l’intérieur, 
tant qu’on se dit nos erreurs, tant de fois nous deviendrons... 



C’est ta main dans la mienne que le mal te cisaille, 
qu’il va bientôt t'endormir. 
 Je resterai là à chaque représaille, 
comme si cela pouvait suffire... 



Tant qu’on rit, tant qu’on pleure, tant qu’on sourit à l’intérieur, 
tant qu’on se dit nos erreurs, tant de fois nous deviendrons meilleurs. 



Regarde je viens te faire encore un peu 
de ces sourires, tu vois je n’ai pas trouvé mieux que d’être là.
 Je viens te faire les prochains jours heureux.
 À l’avenir, oublie qu’il y en aura si peu, n’y pense pas. 
 


Rêve encore, je t’emmène en voyage. 
Rêve encore, je serai le courage qu’il te faudra, mais je sais bien. 
 Rêve encore nous ferons tes bagages. 
 Rêve encore ignorons le présage qui te retiens, mais je sais bien. 



Tant qu’on rit, tant qu’on pleure, tant qu’on sourit à l’intérieur
 Tant qu’on se dit nos erreurs, tant de fois nous deviendrons meilleurs.






- - - - -

Pour retrouver ce post sur Facebook, le partager et le commenter rendez-vous sur :

https://www.facebook.com/Nicolas.Fraissinet/posts/10157875062976732


    Pour reprendre depuis le début