À demain / Jour 48 - Étoile de mer 29/12



Peut-être as-tu déjà entendu cette chanson, car elle existe depuis un certain temps et a déjà promené ses écailles sur quelques scènes, sous différentes versions. Elle attendait le bon moment et le juste écrin pour éclore. Et son moment est venu. Chanson clôture du Cycle d’Eliott, histoire d’un amour projeté au delà de l’enferment, au delà d’une vie vers la suivante. Un poisson prisonnier en aquarium, déclare sa flamme vacillante à son étoile restée en mer, avant de fermer les yeux pour de la rejoindre parmi les étoile célestes. Plongée dans l’au-delà pour un éternel retour aux origines suivantes. p.177 - « le temps de cette ultime chanson, l’espace se dilate en une seule vague partagée » C’est ici que tout s’achève et que tout recommence…

À demain

- - - -

ÉTOILE DE MER ©Nicolas Fraissinet

Je vis dans une maison où la lumière est toujours étoilée même en hiver. Je nage dans un décor de fantaisie, où quelqu'un a mis de la poésie pour moi le locataire à vie.

Je vis dans une maison cerclée de verre. Je ne vois pas grand monde au travers. Je sais a force de tourner ici que jamais je ne changerai de vie, comme tous mes frères en mer, en vie.

Je te renvoie ces quelques mots, par courants d’air ou courants d’eau. Je ne sais pas comment je devrais faire. Je te renvoie mes derniers mots. Je n’aurai pas le temps qu’il faut pour te revoir au creux de notre mer.

Je vis dans une prison faite pour me plaire. Ne t’inquiètes pas j’ai une vie princière. Pourtant mes rêves sont ma seule survie. C’est ton visage que je vois chaque nuit. Tes yeux d’un gris de pierre en vie

Je te renvoie le seul cadeau que je peux faire, mais le plus beau, c’est notre amour le seul qui me libère. Je te revois, toi mon cadeau, mon autre ciel et même plus haut. Toi ma lumière, toi mon étoile de mer.

Je vis dans une maison où ta lumière, toujours ensoleillée fait taire l’hiver. Je nage sur le décor de ton oubli. Ton souvenir devient ma poésie, le cœur à l’outremer, ma vie...


- - - -


Pour retrouver ce post sur Facebook, le partager et le commenter rendez-vous sur : https://www.facebook.com/Nicolas.Fraissinet/posts/10157889316741732


    Pour reprendre depuis le début