★ 19 - Araignée du soir




Lorsque j'étais enfant, j'allais souvent me réfugier auprès de ma mère en lui disant qu'on me poursuivait dans les couloirs lorsque j'étais seul.

- Ce sont encore tes monstres dont tu rêves encore.

- Non, maman, c'est autre chose.


Impossible à cet âge de décrire avec assurance ces moments où les ombres se dilataient brusquement au détour d'un regard. Ces visages furtivement apparus de l'autre côté des vitres emplies du noir de la nuit extérieure. Ces courtes phrases soufflées de nulle part à l'oreille comme des assauts voraces et silencieux.


- Allez, retourne te coucher, on est juste à côté dans le salon.

Je retournais me coucher le dos plaqué au mur en murmurant "Oui, vous êtes juste à côté, mais les autres sont encore plus près...


Après des années de lampes rallumées en pleine nuit, j'ai peu à peu appris à les accepter, ces petites terreurs de compagnies. Pour un peu vous me manqueriez, insolents Courants d'airs.


Je te raconte tout cela, car connaitre cela de moi t'aidera peut-être à pardonner à Eliott certaines de ses incompréhensions, et à comprendre le temps qu'il mettra à oser fermer les yeux.


Et comme disait cette petite phrase qui sauve les enfants de leurs errances nocturnes :


"Un Monstre, c'est un Ange à qui tu n'oses pas parler"


"Araignée du soir"

"Dors mon enfant plus fort, elle est de retour

Elle vient te faire encore voir la fin du jour

Vois tu comme elle crie, étrange et dérisoire

Tant que tu la fuis elle reviendra te voir


Au fil de tes nuits se tissent des étoiles

comme un amour qui prend le voile"



A demain





Ce message est un extrait des 90 mails envoyés jour après jour avant la sortie du roman "Des étoiles dans les yeux". Pour retrouver l'intégralité de ces messages rendez-vous sur ce lien : https://www.fraissinet.net/e-book

    Pour reprendre depuis le début